Le jeûne…! Mon expérience.

Le jeûne…! Mon expérience.

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas jeûné, du moins pas plus d’une journée. En effet, j’ai ouvert le cabinet il y a deux ans, tout en écrivant mon mémoire, en période d’examens auparavant, puis dans les travaux et le rush… J’ai presque oublié de prendre soin de moi !

Depuis le début du printemps je reçois beaucoup de jeûneurs en séance, c’est la saison, et ça me fait envie… J’ai besoin d’une pause, une vraie. Le jeûne c’est arrêter de manger mais aussi « arrêter » tout court. Bien sûr on peut jeûner en poursuivant une vie tout à fait normale, mais pour moi le jeûne c’est la pause dans le temps, dans les horaires, dans les obligations. Se mettre au repos, le corps et l’esprit.

J’ai justement un stage de prévu, avec une amie chère, Sandra Joffre qui est sophrologue et propose une méthode pour les thérapeutes et accompagnants, deux jours de pratiques pour apprendre à se recharger, se protéger, être en harmonie… Un enseignement très riche. Cette troisième session est prévue pour juin, je décide de commencer mon jeûne dès le lendemain.

Lorsque le stage commence, je réalise que l’un des mots clés de ces deux jours sera : déconditionnement. Parfait ! Je me sens déjà en jeûne, je l’ai préparé, et ces pratiques sont particulièrement cohérentes. Deux jours très intenses !

Je ne pars pas car je dois rester dans le  coin, mais je ne travaille pas et j’embarque ma sœur avec moi dans cette petite aventure, nous prévoyons quelques activités liées au jeûne ou du moins à la détente, et de rester ensemble presque toute la semaine pour se soutenir et profiter d’être ensemble  en « vacances » ! Je précise que j’ai déjà jeûné plusieurs jours, et que je pratique le jeûne intermittent presque au quotidien (en moyenne 5 jours par semaine, sur le rythme 18h – 6h) Ma sœur, en revanche, n’a jamais jeûné plus d’une journée, et est sous traitement hormonal.

Il s’agit ici de mon expérience sur ce jeûne en particulier. C’est différent pour chacun et à chaque fois. Vous trouverez beaucoup de documentation sur le jeûne, sur la physiologie (comment le corps se nourrit-il lorsque l’on ne lui donne pas de nourriture ? En quoi le jeûne est-il thérapeutique, que peut-on en espérer ? Est-ce dangereux ?), sur l’historique et les études réalisées…Je vous invite à les consulter tranquillement et vous faire une idée avant de vous lancer.

645

1er jour : Chi nei tsang, le massage du ventre taoiste, ou « massage des organes internes ». C’est une approche qui m’intéresse particulièrement, moi qui passe mes journées avec les mains sur le ventre des autres. Je me dis que cette technique énergétique ne peut que potentialiser notre jeûne, par son aspect « harmonisant » en particulier. RDV chez Julie Charquet de Art de la vitalité, rue maréchal Joffre, une thérapeute douce et à l’écoute. Je suis convaincue par sa technique, j’adore !

Puis une hydrothérapie du côlon à mon cabinet qui, selon moi, est indispensable en tout début de jeûne pour vider les intestins (sans forcément prendre une purge qui peut être désagréable et irritante, et parfois pas tout à fait efficace).

On n’a pas faim, on évite tout de même de parler de nourriture et d’être sollicitées sur ce sujet(télévision, Internet…), on se rend compte que la nourriture revient toujours dans l’esprit et dans la conversation, à croire que c’est omniprésent.  Ma sœur n’a pas vu ce super documentaire sur Arté «  Le jeûne, nouvelle thérapie ?, nous le regardons donc et ça colle bien à l’ambiance, ça motive !

2e jour : La nuit a été un peu agitée, une tachycardie nous réveille toutes les deux à peu près toutes les heures, qui peut créer une légère angoisse mais tout à fait gérable. Le matin la tisane d’aubépine calme bien et après une séance de méditation on commence la journée, relativement active. Ma sœur commence à être irritable en fin de journée, pas vraiment de la faim mais du ras le bol et de la fatigue. Moi ça va plutôt bien, je suis en forme. Petite balade dans la nature et baignade revigorante en début de soirée, puis encore des vidéos sur le jeûne, pour comprendre et rester motivées.

J’ai un peu mal à la tête, mais pas vraiment plus que d’habitude car je suis assez sujette aux céphalées de tension. Le bonheur c’est la disparition de la douleur-gêne sous les côtes à droite (foie diaphragme) à la respiration, mais aussi à l’épaule qui accompagne habituellement mes règles (par ailleurs très peu abondantes avec le jeûne), et ce dès 24h de jeûne.

3e jour : Un peu de nausées au réveil. Ma sœur a été mal à partir du milieu de la nuit et cela continue avec un battement de cœur intense et des nausées, une certaine fébrilité.

Au cours de la journée je vais beaucoup mieux, je me sens bien et assez joyeuse, je respire bien. Je vais marcher 3h à un bon rythme et ça me fait du bien. Ma sœur est de plus en plus mal jusqu’au soir tard, et va un peu mieux le lendemain.

Le soir je suis relativement énergique, je me couche tard, sur mon rythme habituel et dors assez bien.

4e jour : je me réveille et j’ai la nausée peu de temps après, après avoir vomi cela va beaucoup mieux, je vais à mes RDV ; Séance d’ostéopathie avec François Olive, notre ostéo préféré qui pratique notamment le drainage du foie, une pratique parfaite pour accompagner la détox ! Puis je rentre me reposer un peu. Je suis assez blanche du visage, je n’ai pas vraiment bonne mine et j’ai toujours le cœur qui bat très fort, mais ça va et j’ai bien le moral. Laeti a repris un peu l’alimentation (légumes), je suis seule dans l’aventure mais tout va bien !

Je suis ralentie, mais ce n’est pas gênant et surtout je réalise à quel point je suis toujours à mille à l’heure habituellement, physiquement souvent mais aussi (et surtout) mentalement et intellectuellement, quand je ne bouge pas je suis  quand même entrain de faire mille choses, les réseaux sociaux, je lis plusieurs livres, j’écris un article, je ramène du travail à la maison, je me documente ou bien je regarde des séries et des documentaires… Je comprends que c’est trop, et je m’interroge sur ma peur du vide.

Là j’aime ce silence dans ma tête, juste ce qu’il faut… Un état méditatif s’installe tranquillement.

5e jour : réveil OK, nous allons au spa, un joli endroit à Bouc Bel Air : Vitalspa. On passe un moment génial, qui nous détend vraiment. Le reste de la journée j’ai des petits trucs à faire et je me sens bien, j’ai l’impression que je commence à avoir faim à nouveau, mais la sensation est difficile à identifier. La nuit se passe bien.

6e jour : toujours pareil, je me sens bien. Ce matin je fais 46kg, et je suis surprise d’avoir perdu autant, car je faisais 51kg en commençant (2kg pris dans l’hiver, mais c’est tout) Au programme : massage avec ma collègue et amie Pauline, un moment superbe. Mon corps est complètement réceptif, je n’ai aucun frein à la détente. Puis je fais quelques courses à Ma Terre pour mon jus de légumes bientôt. Mon esprit a hâte de manger, je pense à des recettes.

Jus de légumes dilué à l’eau le soir, avec céleri, salade, menthe, citron, pomme, gingembre ; Ça passe doucement. Une bonne nuit.

7e jour : C’est presque la reprise ! Je fais un jus avec carotte, concombre, pomme, céleri, gingembre et citron. Je remangerai ce soir, quelques légumes. Je suis vite saturée.

8e jour : J’ai repris avec des légumes peu sucrés car je souhaitais prolonger l’effet cétogène du jeûne, et ne pas risquer un pic glycémique avec des fruits, mais dans l’après midi j’ai des choses à faire et il fait 40°, ce qui me donne un petit malaise : tant pis pour le sucre, je reprends du jus de fruits ! En fin de journée je prends un peu de purée d’amandes complètes et je tombe dans le sommeil pour 1h en pleine fin d’après-midi ! C’était un peu trop, Je décide de ne rien manger jusqu’à demain pour y aller doucement car mon appétit, surtout mental, s’est réveillé, j’ai envie de pleins de choses mais je risque de ne pas digérer et ce serait vraiment dommage de tout gâcher alors que je me sens si bien !

Dans les jours qui suivent, je reprends tranquillement mon poids normal, et je me sens très bien. J’ai adoré l’effet sur le mental, et cette pause m’a fait un bien fou. Je n’attendrais pas à nouveau deux ans pour jeûner, c’est un outil santé et bien-être extraordinaire, gratuit et qui nous rappelle à quel point nous sommes naturellement indépendants, notre corps sait ce qui lui faut et nous pouvons lui faire confiance.

Dans mon « angoisse » du vide, j’avais prévu pas mal de choses que je n’ai pas faites. J’ai écouté chaque jour ce qu’il me fallait, pas plus. J’ai coupé la télé, facebook, internet sur lequel je passe pas mal de temps ; j’avais prévu comme à mon habitude plusieurs livres, des nouveaux et des classiques…Mais je me suis contenté du livre parfait pour cette semaine : L’alchimiste de Paolo Coelo. Je m’en suis délectée ; un vrai bonheur !

Le jeûne c’est s’affranchir des croyances selon lesquelles nous sommes obligés de consommer en permanence pour être en vie. Cela me fait penser à la philosophie du yoga traditionnel, dans la respiration et notamment dans les rétentions, le yoga nous pose dans l’instant présent, qui est un état de béatitude lorsque nous nous y abandonnons, et nous enseigne que nous continuons d’exister lorsque nous arrêtons de respirer, ou lorsque nous prenons une position « inconfortable » pour le corps… Le jeûne, c’est continuer d’exister alors que nous ne nous nourrissons pas de l’extérieur, mais nous continuons de l’intérieur, car nous avons ce qu’il faut, et l’inconfort que l’on peut ressentir se transforme lorsque nous le laissons passer, et nous transcende. Ne pas consommer, être indépendants, faire confiance à ses ressentis, comprendre que la peur vient de l’égo et non de ce que nous sommes profondément, faire une pause, nous rapproche de l’état d’ « être ». C’est un moment magique !

En pratique :

Pour un jeûne de plus de trois jours, il faut respecter la « descente alimentaire » :

– J-10 : Commencer à diminuer jusqu’à enlever le café, clopes, vin, viande rouge et charcuterie, gluten.

Si possible : Faire un jus vert par jour + 1L d’eau « detox » (thé vert, concombre, citron, gingembre….) par jour.

– J-7 à -4 : Diminuer jusqu’à supprimer viande blanche et oeufs, puis poisson.

– J-3 : Supprimer les céréales et légumineuses

+ commencer à prendre 2 c à s de sel d’epsom (sulfate de magnésium) dans un verre d’eau au coucher jusqu’au jeûne.

– J-2 : Supprimer oléagineux et huiles sauf coco.

-J-1: monodiète d’un fruit ou d’un légume (pour moi ce sera quatre belles pêches et c’est tout)

20170615_202838
Mon repas à J- 1

Durant le jeûne :

  • de l’eau ! Pas beaucoup plus que d’habitude, mais en fonction de votre activité physique, de la chaleur etc. Deux ou trois tisanes par jour, pour moi c’est en particulier pour l’aspect médicinal (l’aubépine pour le cœur, la menthe pour l’estomac, le gingembre pour les nausées…les diurétiques ne sont pas nécessaires car ils risquent de fatiguer l’organisme qui est déjà entrain d’éliminer)

 

  • bouger ! Marche, baignade, gym, yoga… 2 à 3h d’’activité douce par jour est une bonne moyenne. Certains feront moins et d’autres pourront faire une acticité soutenue, à voir sur le moment.

 

  • Se dé-ten-dre. Faites une pause avec le travail, les enfants, les horaires, la télé, les réseaux sociaux…. Et prévoyez quelques activités pour vous, massage, hammam, jardinage, lecture, ce que vous aimez !

IMG-20170620-WA0002[1]20170703_234418

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La reprise: c’est comme la descente alimentaire mais à l’envers, on réintroduis doucement chaque catégorie d’aliments. Et on en profite pour adopter si possible une alimentation plus saine! 😉 C’est vraiment le moment délicat du jeûne, et qui peut être dangereux, bien plus que la préparation, alors prudence.

Le jeûne en centre spécialisé est formidable pour les premiers jeûnes et pour profiter à la fois de l’esprit de groupe, de l’aspect « vacances » et de l’expertise des accompagnants qui peuvent vous soutenir et répondre à toutes vos questions, c’est une vraie sécurité. Je m’en passe car j’ai les connaissances liées à mon métier et j’ai confiance en mon corps car j’ai l’habitude de l’écouter ; et j’aime particulièrement l’idée que le jeûne est une technique d’auto-guérison qui nous fait regagner confiance en nous dans un monde où l’on nous fait croire qu’il faut consommer et avaler des pilules, qu’il faut avoir 12 d’études pour savoir ce que l’on fait. Mais la chose primordiale c’est que nous sommes tous différents et qu’il faut s’écouter pour savoir où on en est et quelle approche est bonne pour nous !

Les bienfaits sur la santé sont nombreux et propres à chacun, mais aussi très variables, je vous invite donc, au lieu de vous faire une liste, à vous renseigner correctement avec des lectures ou auprès d’un naturopathe pour déterminer ce qui vous concerne et écouter votre ressenti. Des contre-indications existent ne l’oubliez pas !

Chaque jeûne est différent. Essayez ! Faites le par curiosité, pour votre santé, pour l’expérience, pour vous vider… Et si vous y trouvez un aspect plus subtil, plus spirituel c’est bien aussi ! ça n’a pas d’importance. Seul l’instant compte.

Jeûner, se  retirer, dépouiller, vider… Emprunter un chemin vide, sans sol ni plafond. Perdre ses repères a du bon, ayez confiance en vous !

ff2d2042dc797d2a6cc61c112a5884b9

 

Aller plus loin :

Livres

  • Et si on arrêtait un peu de manger…de temps en temps ! Bernard Clavière, Ed. Nature et Partage, 2015.
  • Le jeûne, une nouvelle thérapie. Thierry de Lestrade. Ed. La découverte, 2015.
  • Le jeûne. H.M Shelton. Ed. Laffont, 1977.

 

Documentaire :

  • Le jeûne, une nouvelle thérapie. T. de Lestrade, S. Gilman.

Centres de jeûne(& randonnées) en Provence :

Anne-Lise Dufour